Albert Libertad : Le syndicat ou la mort

On dit que les loups ne se mangent pas entre eux. J’ai trop peu de notions personnelles sur les mœurs de ces bêtes pour me permettre de croire ce dicton moins idiot que la plupart des dictons. Si par hasard il était exact, ça ne prouverai pour nous qu’une chose: c’est qu’entre les hommes et... Lire la Suite →

Jean-Jacques Pauvert : nous ne voulons servir à rien

Nous n’avons pas envie de nous engager. Nous n’avons pas l’esprit de sacrifice. Nous n’avons pas le sentiment du devoir. Nous n’avons pas le respect des cadavres. Nous voulons vivre. Est-ce si difficile ? Le monde sera bientôt aux mains des polices secrètes et des directeurs de conscience. Tout sera engagé. Tout servira. Mais nous... Lire la Suite →

Hannah Arendt : échapper à la condition humaine(à propos de Sputnik, la prison Terre, la vie artificielle, le transhumanisme…)

 En 1957 un objet terrestre, fait de main d’homme, fut lancé dans l’univers; pendant des semaines, il gravita autour de la Terre conformément aux lois qui règlent le cours des corps célestes, le Soleil, la Lune, les étoiles. Certes, le satellite artificiel n’était pas un astre, il n’allait point tourner sur son orbite pendant ces... Lire la Suite →

Survivre et vivre : la dissidence

Survivre et vivre était un groupe politique et le titre du journal que ses membres ont publié entre 1970 et 1975. Fondé par des mathématiciens célèbres, dont Alexandre Grothendieck, l'un des premiers Moines Défroqués, Survivre et vivre luttait "pour la survie de l'espèce humaine, et même de la vie tout court, menacée par le déséquilibre... Lire la Suite →

Denis Collin : Le progressisme totalitaire

Nous relayons cette tribune de l'excellent Denis Collin, initialement publiée par Marianne. Denis Collin est l'un des principaux contributeurs au blog La Sociale dont nous recommandons chaudement la lecture. L’actuel président de la République française se définit comme un progressiste et cherche à présenter la lutte politique de notre époque comme l’affrontement entre les progressistes... Lire la Suite →

Elisée Reclus : effondrement et liberté

Là où le sol s’est enlaidi, là où toute poésie a disparu du paysage, les imaginations s’éteignent, les esprits s’appauvrissent, la routine et la servilité s’emparent des âmes et les disposent à la torpeur et à la mort. Parmi les causes qui dans l’histoire de l’humanité ont déjà fait disparaître tant de civilisations successives, il... Lire la Suite →

Le silence des pantoufles

Ils sont d'abord venus chercher les gilets jaunes, et je n'ai rien dit, parce que je n'étais pas gilet jaune [1]. Puis ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n'ai rien dit, parce que je n'étais pas syndicaliste [2]. Ensuite ils sont venus chercher les journalistes, et je n'ai rien dit, parce que je... Lire la Suite →

Orwell : socialisme, machinisme, religion du progrès et humanité molle

Il existe toutefois une difficulté autrement sérieuse que les objections à caractère localisé ou circonstanciel développées dans le précédent chapitre. Prié d’expliquer pourquoi les gens intelligents se trouvent si souvent de l’autre côté de la barricade, le socialiste invoquera en général des raisons de bas intérêt, conscientes ou inconscientes, la conviction non fondée que le... Lire la Suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer