Une pièce pour l’Histoire – Laurent Alexandre : transhumanisme et gilets jaunes « substituables »

Laurent Alexandre, chirurgien prophète du transhumanisme qui conseille entre autres le ministre Mounir Mahjoubi, est un homme formidable : il est de ces rares technocrates à oser dire tout haut ce que ses amis oligarques masquent d’ordinaire sous un épais plâtrage politiquement correct. Lors d’une soirée-débat organisée à l’Ecole Polytechnique le 14 janvier 2019, il s’est lancé dans l’une de ses transes habituelles, voyant dans les gilets jaunes l’avant-garde des « Inutiles » produits par la technologie, et enjoignant aux « Dieux » réunis dans l’amphithéâtre de l’X d’offrir à ces superflus les moyens de « s’augmenter » pour rejoindre eux aussi l’Olympe. Mais il faut se garder de balayer d’un revers de la main les délires de Laurent Alexandre, sous prétexte que le mépris, le cynisme, la mégalomanie et le paternalisme culminent ici à leur sommet. Car le monde qu’il décrit est bien celui qui se construit sous nos yeux dans la start-up nation mondiale, sous l’égide d’une élite sécessionniste. Des Dieux et des Inutiles, la technocratie contre les superflus, c’était déjà ce qu’annonçait avec une grande clairvoyance Pièces et Main d’Oeuvre dont il faut relire d’urgence le Manifeste des Chimpanzés du Futur pour comprendre ce monde qui vient.

La vidéo intégrale du débat est visible ici : https://www.youtube.com/watch?v=-WRMZaGpCZ4

« Moi j’adore les gilets jaunes, mais je ne pense pas que ce sont les gilets jaunes qui vont gérer la complexité du monde qui vient.  Je suis un horrible élitiste, je pense que le monde complexe de demain ne peut être gérer que par des intellectuels. Ça ne veut pas du tout dire que je suis favorable à supprimer le droit de vote et que je suis favorable au retour au suffrage censitaire. Mais je ne pense pas une seconde que le monde de demain sera simple et pourra être géré d’un claquement de doigt par des groupes populistes qui se sont réunis sur Twitter. Je pense que c’est vous, les scientifiques et intellectuels de demain, qui vont (sic) avoir la responsabilité de gérer un monde ultra-compliqué, très fragile d’un point de vue politique, car oui je pense vraiment que la démocratie est menacée dans les décennies qui viennent, et pas seulement par les fake news.

Nous rentrons dans le troisième capitalisme. Le premier c’est celui de Venise, le capitalisme marchand. Le deuxième c’est le capitalisme industriel à partir de 1780. Et aujourd’hui nous rentrons dans le capitalisme cognitif, celui des technologies transhumanistes, les NBIC, du big data, de l’intelligence artificielle et de la robotique. Ce capitalisme, il est très particulier. D’abord il est démiurgique, puisqu’il nous donne le pouvoir des technologies transhumanistes, mais aussi il est profondément injuste, car la réalité du capitalisme cognitif c’est que dans un capitalisme de la connaissance les gens malins ont plus de pouvoir et de revenus que les gens moins malins. Ce n’est pas politiquement correct mais c’est la réalité. Et si on veut m’expliquer que les gens moins intelligents que l’intelligence artificielle seront millionnaires en dollar en 2040, je ne serais pas d’accord.

En revanche vous dans cette salle, vous allez vivre un âge d’or. Et nous devons créer une société inclusive et trouver le moyen d’éviter qu’il y ait un gigantesque gap, ce que Harari dans Homo Deus appelle des « Dieux » et des « Inutiles ». Les Dieux, vous !, qui maîtrisez, contrôlez, managerez les technologies NBIC, les technologies transhumanistes ; et les Inutiles, les gens moins favorisés, qui auront du mal dans le monde compliqué dans lequel nous rentrons.  Et les gilets jaunes, c’est la première manifestation de ce gap intellectuel insupportable que nous sommes en train de créer. Entre les winners, les Dieux d’Harari, et les losers, les Inutiles d’Harari. Je reprends les termes d’Harari non pas pour m’en féliciter, mais pour alerter tout le monde sur le fait que la crise des gilets jaunes n’est pas un épiphénomène, elle est là pour cent ans. Et c’est vous qui la résolverez. […]

L’intelligence artificielle lamine les petites classes moyennes et les gilets jaunes dans les décennies qui viennent avant de guérir le cancer. Les effets négatifs sur la démocratie des technologies dont on parle vont préexister aux avantages, notamment médicaux, que ces technologies vont apporter. On a la crise des gilets jaunes avant que l’IA ne permette d’accélérer la guérison des cancéreux. Ce problème de décalage entre les avantages et les inconvénients de la technologie va être un grave sujet pour les décennies qui viennent et c’est vous qui allez porter ces enjeux. […]

Et puis ces technologies nous apportent une intelligence quasi gratuite. Vous savez bien que l’intelligence artificielle aujourd’hui, notamment ans sa forme « connexionniste » est extrêmement puissante, elle n’égale pas du tout l’intelligence humaine, elle est con comme une bite, mais elle fait un nombre croissant de choses mieux que nous, par exemple lire un scanner, dans quelques années conduire un avion, conduire une voiture.

Le fait que le prix de l’intelligence s’effondre à des conséquences sociales et politiques majeures. En théorie économique, les gens qui sont complémentaires de l’intelligence artificielle dite faible, c’est-à-dire la vraie intelligence artificielle d’aujourd’hui, pas celle de la science-fiction, vont valoir de plus en plus cher, et ceux qui sont substituables vont valoir de moins en moins cher. La théorie des fonctions de production nous apprend ça de manière certaine. Pour le dire autrement, le prix de l’heure de travail des gilets jaunes sur le marché mondial va s’effondrer de décennies en décennies. Et le prix horaire des gens dans cette salle va monter de décennie en décennie, parce que vous êtes les complémentaires, les complémenteurs de l’intelligence artificielle faible, et les autres sont substituables. Et je le répète je ne dis pas ça pour m’en féliciter. […] Nous ne sommes en aucune façon capables d’absorber le choc technologique. Vous dans cette salle, bien évidemment oui. Mais l’ensemble de la population non. […]

Ces technologies sont en train de créer une vraie différence entre les œufs en or, vous, et les autres. Et je le disais tout à l’heure vous avez une responsabilité historique. Des Dieux et des Inutiles la vision d’Harari est en réalité un cauchemar politique. Et la crise des gilets jaunes est salutaire, elle nous montre à quelle vitesse nous sommes en train de rentrer dans le cauchemar d’Harari, et à quelle vitesse il va falloir agir pour casser ce déterminisme technologico-politique. […]

L’encadrement d’Homo Deus vous l’avez compris va être un immense problème qui va nécessiter une réflexion éthique très profonde associant toutes les sensibilités, et nous n’avons pas commencé ce débat. L’intelligence artificielle et ces technologies-là vont aussi avoir une autre conséquence. C’est que pour éviter d’avoir une crise des gilets jaunes pendant cent ans, certains proposent qu’on utilise les technologies transhumanistes pour faire du neuro-enhancement, pour augmenter le cerveau des gens moins favorisés. Elon Musk, qui craint surtout les IA forte –  ce qui n’est pas mon cas, je ne crois pas une seconde que le deep-learning puisse conduire à des intelligences artificielles fortes hostiles dans les cinquante prochaines années, mais c’est le fantasme d’Elon Musk – Elon Musk a donc créé Neuralink, dont je vous parlais tout à l’heure, et qui est destinée à faire de l’augmentation cérébrale, et donc à transformer les gilets jaunes en normaliens. Ou en Supélec, je ne suis pas raciste, je n’ai fait ni l’un ni l’autre je ne suis qu’un pauvre énarque.

A l’inverse vous avez un deuxième mouvement, qui pense qu’il est mieux de ne pas mettre des micro-processeurs dans le cerveau de nos enfants, mais de faire des manipulations génétiques et de la sélection embryonnaire, ce qui est plus simple technologiquement, qu’on pourrait d’ailleurs déjà faire, qu’on fait sous une forme d’eugénisme négatif aujourd’hui, ça s’appelle le dépistage de la trisomie 21, mais on peut le faire à front renversé, non plus en détruisant les bébés trisomiques, 97% des bébés trisomiques sont aujourd’hui avortés, mais au contraire en sélectionnant en éprouvette les meilleurs embryons après les avoir séquencés, ce que l’on sait faire, et les bébés qui ont été fabriqués en Chine récemment ont été séquencés avant d’être réimplantés.

13% des Français sont favorables à l’utilisation des bio-technologies pour augmenter le QI de leurs bébés, 50% des Chinois. Vous voyez les conséquences géopolitiques que ces technologies posent. Bien sûr dans un monde où les Chinois feraient et pas nous, nous avons intérêt à apprendre le mandarin à nos enfants et petits-enfants. Google, au travers de sa filiale minoritaire 23andMe possède d’ailleurs depuis maintenant cinq ans un brevet sur la fabrication des super-bébés.

Cette vision de la Silicon Valley, de la Chine, de fusionner l’éducation, la santé, l’IT, les neurosciences, pour régler la crise chez nous des gilets jaunes et les crises populistes ailleurs, est une tentation qui va être de plus en plus forte dans les décennies qui viennent, et je partage là-dessus l’opinion d’Harari : il va être très compliqué d’empêcher les politiques de faire de l’eugénisme positif quand la technologie le permettra. […]

Donc les innovateurs ont un rôle immense dans ce monde qui vient. Pour lutter contre la concentration des richesses, pour réduire les inégalités, pour éviter la marginalisation des territoires, et donc pour freiner le populisme et sauver la démocratie, car ma conviction c’est qu’à l’ère du capitalisme cognitif la démocratie ne peut pas survivre si nous maintenons des inégalités intellectuelles aussi fortes qu’aujourd’hui.

Dieu et les Inutiles. Récemment le patron de Google Sundar Pichai a fait une confession dans le Guardian, il a dit « je ne suis pas du tout sûr que la société, que les hommes, souhaitent que ça aille aussi vite ». Et c’est une vraie question. Est-ce que nous n’avons pas dépassé la capacité d’absorption économique, psychologique, éthique de la société ? Notre résilience est-elle capable de supporter ce tsunami ? La vôtre oui. Mais la France des gilets jaunes je n’en suis pas du tout persuadé.

Le danger d’avoir un monde à la Elysium est là, avec une ville citadelle, des métropoles où se concentrent les gens comme vous, et vous l’avez bien compris l’intelligence c’est ce qui permet de prendre le pouvoir, et avec des inégalités intellectuelles fortes que nous ne savons pas aujourd’hui réduire le risque d’une société à deux ou trois vitesses est important. Et les élites se moquent beaucoup des gilets jaunes, ce que je trouve personnellement inacceptable, notamment ce dessin très drôle mais qui me semble particulièrement dégueulasse, je ne pense pas qu’il faille se moquer des gens moins doués que vous, je pense qu’il faut les aider. L’égoïsme de classe, l’égoïsme intellectuel, qui nous pousserait à accepter ce monde à deux vitesses est inacceptable. […]

Nous devons créer une société de solidarité intellectuelle, c’est la première urgence. L’urgence n’est pas de devenir immortels, c’est d’éviter de multiplier les gilets jaunes. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :